Les chênes font partie de notre identité écologique collective. Où que nous soyons dans l'hémisphère Nord, nous sommes proches d'un chêne. Non seulement ils sont omniprésents dans la plupart de nos paysages, mais depuis que l'homme a colonisé l'hémisphère nord, ils ont fourni aux sociétés humaines des services inestimables, à commencer par la fourniture de nourriture et d'abris. Aujourd'hui, ils constituent des ressources mondiales de valeur économique, écologique, et sociale. Tout au long de l'histoire et dans de nombreuses sociétés anciennes et modernes, ils ont maintenu ces valeurs au même niveau, devenant ainsi en de nombreux endroits partie du patrimoine naturel et culturel. Les raisons de leur statut dans notre identité écologique proviennent de leur diversité et de leur longévité. Il existe plus de 350 espèces de chênes réparties dans tout l'hémisphère nord. Depuis leur naissance il y a 56 millions d'années, les chênes se sont diversifié et ont colonisé  des habitats extrêmement variables, allant des marais aux déserts, des régions tropicales aux régions boréales, et des basses terres aux hautes altitudes de l'Himalaya. Au-delà de la diversité des espèces, les chênes manifestent également une diversité génétique (intra espèce) très importante, qui a également contribué à leur succès évolutif  sur notre planète.

 

Et pourtant des inquiétudes  relatives à leur maintien et pérennité  se sont aujourd'hui très largement répandues.  Leur longévité serait un frein à leur évolution et ne leur permettrait pas de répondre à la vitesse des changements environnementaux actuels. Des opinions controversées se sont répandues dans la communauté scientifique, parmi les forestiers et au sein du public concernant leur capacité à relever ces défis. Mais les chênes ont subi des changements environnementaux de plus grande ampleur sur de plus longues périodes dans le passé. Il est temps d'écouter leur histoire. Il est temps de prendre en compte les leçons du passé pour comprendre et anticiper leur évolution actuelle et future.

J'étudie l'histoire évolutive des arbres et notamment des chênes en explorant leur passé tout en anticipant  leur évolution future. Ces recherches sont conduites à l'UMR BIOGECO (INRAE-Université de Bordeaux).

s.

©2020 par Antoine Kremer. Créé avec Wix.com